Rapide, peu onéreux, « adulte », tel est le nouveau divorce suisse !

Le divorce suisse a été si clairement cadré qu’on peut même le faire en ligne… !

Source: Divorce

En l’an 2000, la Suisse a modifié sa législation concernant le divorce. Elle en a éliminé la notion de « faute conjugale » (à ne pas confondre avec les délits pénaux). Elle en a standardisé les critères. Et, surtout, elle a ajouté à la procédure, disons classique du divorce (avec avocats, etc), une procédure simplifiée : celle du divorce par « consentement mutuel », autrement dit du divorce à l’amiable.

 

La « légèreté » d’un divorce suisse à l’amiable

Comparativement à la première, cette seconde procédure est des plus « légères ». Une grande part de sa « légèreté » tient au fait qu’elle ne permet pas aux futurs divorcés d’utiliser la loi pour « régler leurs comptes psychologiques », et les oblige, au contraire, à trouver des accords pragmatiques. Non seulement, aucun des deux époux ne peut  brandir des « tu m’as trompé(e) » et autres accusations du genre,  pour obtenir ceci ou cela, mais la législation est entièrement tournée vers ce qu’elle appelle les « effets accessoires du divorce » en langage simple, vers le règlement équitable de ses conséquences pratiques. Et bien sûr, cette forme de divorce suisse coûte bien moins cher (https://divorce.ch/introduction-au-divorce/combien-coute-un-divorce ) !

 

Un divorce qui, en Suisse, peut se faire en ligne

Grâce à cette procédure simplifiée, et pour peu qu’ils s’accordent sur la gestion pratique de ces conséquences, les Suisses peuvent non seulement divorcer rapidement et sans avocat, mais ils peuvent quasiment divorcer en ligne ! Ils peuvent le faire en passant par divorce.ch, site pionnier du divorce en ligne, pour la modique somme de 550.00 CH.

Source: Divorce